Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/08/2007

LES PHOBIES DE NOS FOLIES

Les phobies de nos Folies

Le monde ne roule plus que sur la peur
Et la vie en perd de ses vraies saveurs
On a plus que des questions sur le coeur
D'ou,quand et comment nous viendra le malheur?
Comment se parer de ce danger virtuel?
Que nos phobies rendent déja réels
Comment écourter ce long rituel
Qui fait de vivre un malaise éternel
Que devait donc l'homme à sa conscience?
Pour être en perpétuelle attente d'une sentence
On vit une réelle crise de confiance
Et les rapports entre homme ne sont plus que méfiance
L'état d'alerte se fait général
La suspiscion tue le sens du banal
On imagine de partout venir le mal
Et tout ce qui est lui servir de canal
Vivre sur terre est un réel danger
Dont plus rien désormais ne sait protéger
Dont aucun être n'est ménagé
Et aucun consolateur pour en soulager
Aucun coeur ne peut brandir la prétention
D'être abrité d'une malintention
La moindre étincelle fait monter la tention
Et le moindre fait suscite toutes les attentions
Exister se fait une opération sauvetage
Et les vivants de tous les bords et de tous les âges
Innocents,coupables,sots comme sages
Se méfient même de leur propres images
Pour vivre toujours le coeur dans cette espèce de mirage
Ce mal qui à toutes nos précautions surnage
Et les coeurs ne battant plus que dans ces naufrages
Qu'est vivre sans pouvoir tourner ces tristes pages
Ainsi va aujourd'hui la vie dans ce bas monde
Qui se bouleverse avec chaque seconde
Et l'humanité qui presqu'impuissant suit cette ronde
Ne lui prescrit toujours pas le meilleur des modes
L'homme a-t-il cédé tous les divins pouvoirs?
A ces objets que ses méninges ont dû concevoir
Ces substitut issues de son savoir
Envers qui désormais il a plus que des devoirs
L'existance gagnerait à être reconquise
Par l'homme qui est entrain de lâcher prise
Pour ceder son pouvoir et toute sa maîtrise
A ces fruits de ses instants de crise
Et le monde ce bateau remplis de nos tares
Qui navigue sans boussole et sans phare
Avec pour seul guide le fol espoir
Que tous les chemins mèneraient à cette gare
Ou nous cèderons enfin à la divine main
Tous les fardeaux de notre destin
Ou enfin parvenus au bout du chemin
Nous nous laisserons aller au céleste train
Pourtant elle serait si belle la vie
Si nous limitions un peu nos folles envies
la terre serait unréel paradis
Si elle se soignait de cette maladie
                                                 Tiako Toko.

Les commentaires sont fermés.