Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/08/2007

DES PEINES SUR SCENE.

Des peines sur scène.
Oh! que notre monde est spectaculaire
Cette immense scène de théâtre
Dont le quotidien nous emplis l'occulaire
Et nous ennivre d'émouvants actes
Au goût des géants de notre terre
Qui tiennent le globe dans leurs tennailles,
S'il devait se passer de toutes ces guerres,
Le monde ne serait plus que grisaille.
Les soldats s'ennuyeraient dans les casernes
Les armuriers se mettraient à la faillite
Les jours nous parraîtraient bien ternes
Sans ces mélodies au son de dynamite
De quoi vivraient tous ces chimistes?
Ces savants qui prostituent la science
En la basculant vers les sinitres
Pour résumer en"BOUM" toute l'existance
Et les bonhommes de ces organisations
N'auraient plus rien à dire dans leurs discours
Comment mériter de leurs allocations?
Sans devoir prêcher d'hypocrites amours
Tout est misé sur la finance
Peu importe qu'il faille tout détruire
Pour mieux la mettre en évidence
Car sur ces cendres elle doit reconstruire
Tant pis pour ces âmes qui périssent
Quel prix peuvent elles bien valoir
face à ces trop onéreux feux d'artifices
Et tous ces barils en guise de pourboire
Tant pis pour ce sang que l'on laisse couler
Pour receuillir un peu de pétrole
Les géants s'en laissent les mains maculer
Pour mettre l'argent sous leur contrôle.
Sur la foi de drôles de saints écrits
Des jeunes se font de bombes humaines
Dopés par les promesses d'un paradis
Ou les attendraient de belles aubaines
Ils vivent leur brève existance
Avec le coeur dans ces édens
Et par ces suicides aux allures de délivrance
Ils croient accomplir de divins desseins
En entrainnant dans leur"sainte guerre"
Des millions d'âmes en toute innocence
Leur forçant l'envie de quitter la terre
En immolant sur ces autels leur existance
Le monde aujourd'hui n'est que cinéma
Et toujours on concocte des scènes
On réalise de dramatiques schémas
Sans se soucier des vies humaines
Le tout au nom de cette gagraine
Ce beau diable qu'on nomme argent
est rendue vile l'existance humaine
Et le pétrole plus précieux que son sang
Pendant que nous ramassons nos morts
Ils prennent à la pelle leur argent
Toujours ironisant notre sort
Ils nous versent des larmes en souriant.
                                                             Tiako Toko.

SCIENCE EN OTAGE

___________________________________________________________________________
    SCIENCE EN OTAGE

Je croupissais en ce lieu infâme
Ce lieu clos ou ne rode la moindre âme
Cette cage sans vie ou on n'entends que le calme
A espérer que me tombe la liberte comme une manne

J'avais perdu le sens des réalites
J'étais de l'existance tout déconnecté
J'ignorais jusqu'au jours de mon entrée
Et quand de ce siège je me verrais démonté

Je ne savais plus quand ce levait le jours
Encore moins quand le soleil achevait son cours
Le silence se fesait toujours plus lourd
Et pour plus l'entendre je me rendais sourd

J'étais maintenent face a ma conscience
En depit de toute ma souffrance
Je parvenais a ne point trahir la science
A pas la mettre au service de la violence

la science est pour le bien de l'humanité
Dans notre vie elle tient pour role la faciliter
Plutot que de nous la décapiter
Et rendre supplice le fait d'exister

Je tenais néanmoins tête a ces tyrans
Même s'ils me maintenaient sur des charbons ardents
Je pensais très fort a tous ces innocents
Que mes aveux enverrait baigner dans leur sang

Même si je souffrais atrocement dans ma chair
Ma conscience reussissait a garder le clair
Mais je vivais dans la perpetuelle peur
De devoir céder sous l'effet de la douleur

C'etait décide dans ma tête
Plutot crever que porter cette defaite
Plutot mourrir que de d'envoyer immoler telles des
bêtes
Toutes ces âmes que rien au monde ne rachète

Ils revenaient toujours voir si j'étais en vie
Surtout si je changeais d'avis
Ou si je me laissais abattre par quelques envies
Mais ma détermination restait mon meilleur abris

Ils y tenaient vraiment ces crapules
Ils voulaient absolument de cette formule
Ils étaient prêts a mettre mon cerveau en bulle
Surtout il ne fallait pas que je capitule

Ils sont insenses tous ces dirrigéants
Qui ont perdus toute la considération du sang
Pour mettre leurs lugubres intérêts en avant
Et accorder tout le privillège à l'argent

Tous aujourd'hui se servent de la science
Et de ces savants sans âmes ni conscience
Pour mettre sur pied des machines à violence
Mort aux innocents et que vive la finance

Le monde est devenu une Boule de feu
Dépourvue de toute craintes pour Dieu
Supprimer des vies est devenu ce jeux
Auquel se prêtent tous ces decideurs verreux

Et quand nous frappe la colère de l'éternel
Tous s'enduisent la langue de miel

Pour nous descendre des discours droit du ciel

Tels de nourissons touchés en plein sommeil.

 

                                                                   Tiako Toko.

LA DELIVRANCE.

LA DELIVRANCE


j'ai tenue à te dire ce soir
Que c'est toi que mon coeur aime
Je n'ai que trop longtemps portée cette croix
Ce soir j'ai decidée de briser mes chaînes

J'étais orpheline et toute petite encore
Quand tu me pris sous ton aile
Aujourd'hui je veux être tienne âme et corps
Je voudrais chanter tes ritournelles

Tu as toujours été pour moi un père
Mais mon coeur ressentait d'autres tourments
Ce soir je me dois de vaincre ma peur
Et te dire enfin mes réels sentiments

Quand tu me fesais une tape paternelle
Mon coeur le prenais pour une belle caresse
Une onde me parcourais et je la voulais éternelle
Et qu'amoureusement se convertisse tes tendresses

Quand sur moi se posait ton affectueux regard
Je ressentais d'inexplicables frissons
Mon coeur s'éfforcait de canaliser tes égards
Et toi plus qu'a me faire lire mes leçons

J'ai vingt ans et je suis grande maintenant
Je comprends que je t'aime depuis que j'en ai dix
Mais tu ne remarques meme pas mes déhanchements
Mon éducation reste ton unique souci

Tous les soirs pour toi je me rends belle
Et au pas de la porte j'attends ton retour
Espérant de toi une attitude nouvelle
Hésitante a chaque fois a te sauter au cou

Je voudrais te changer tes paternelles idées
Afin que tu remarques autrement mes rondeurs
Ce soir j'ai décidé de jeter les dés
Et de ce poid me soulager le coeur

Je t'aime si fort et j'ai si mal
Que tu n'y oppose pas de répondant
Je veux qu'entre nous l'amour se fasse banal
Et cesser enfin d'être ta petite enfant

Ce soir je veux faire tomber tous les tabous
Pour te dépouiller de tes scrupules
Et vivre avec toi cette folie jusqu'a son bout
C'est beaucoups trop fort pour que je recule

Je voudrais tant que tu ai simulé tout ce temps
Et que les scrupules furent pour toi une barrière
Dans ce cas laisses moi prendre les devants
Il suffirait simplement que tu te libères

Pourtant tu es si seul toi aussi
Je voudrais pouvoir combler ton existance
Pour te faire oublier tous tes soucis
Je suis a toi et c'est fini mon enfance.



Tiako Toko.







___________________________________________________________________________